Blog WellTax

Soutien aux entreprises par le biais du programme de maintien de l'emploi lié au coronavirus.

4 mars 2020

Depuis le lundi 23 mars, tout le Royaume-Uni a été mis en quarantaine par le gouvernement et les citoyens ont reçu l'ordre de rester chez eux. En réponse à cette situation, le chancelier Rishi Sunak a annoncé la mise en place d'un programme de maintien de l'emploi pour lutter contre le coronavirus. Cette mesure est considérée comme la manœuvre la plus efficace dans la lutte contre le COVID-19.

Pour les salariés qui seraient autrement licenciés (Furloughed Workers), le régime implique un remboursement égal à 80% des salaires des salariés jusqu'à 2 500 £ de leurs salaires mensuels et les cotisations patronales NIC correspondantes et les cotisations patronales minimales de retraite (3%). Le pourcentage restant de leur salaire (20%) peut être ajouté par l'employeur, à son entière discrétion, en tant que salaire "complémentaire". Dans ce cas, l'employeur serait responsable des cotisations NIC (uniquement pour le montant complémentaire). Les salaires des employés mis à pied seront soumis à l'impôt sur le revenu des personnes physiques et à l'assurance nationale des employés comme d'habitude. Les salariés devront également payer les cotisations d'adhésion automatique sur les revenus admissibles, à moins qu'ils n'aient choisi d'y renoncer ou de cesser d'épargner dans un régime de retraite professionnel.

Le régime durera jusqu'en mai 2020 (il pourrait toutefois être prolongé). À l'issue du régime, l'employeur doit décider de licencier ou de réembaucher les salariés. L'employeur peut également réembaucher les salariés licenciés après le 28 février. Les employés ne doivent pas travailler du tout pendant la période d'arrêt de travail. Il existe toutefois des exceptions pour le travail volontaire et la formation. La durée minimale de l'arrêt de travail est de trois semaines. Un employé peut toutefois être mis à pied plusieurs fois, sous réserve de la durée minimale de trois semaines, aussi souvent que l'employeur et l'employé en conviennent. Le plan n'est pas encore disponible, mais il le sera d'ici la fin du mois d'avril. Il est prévu que les fonds publics ne soient pas disponibles avant mai 2020.

Les employeurs peuvent décider de maintenir les salariés sur leur liste de paie en convenant avec eux d'une réduction de salaire ou de les placer sous le régime. Les salariés qui ont plus d'un emploi peuvent également s'inscrire au régime.

Une fois que le HMRC a reçu la demande de l'employeur et que l'éligibilité à la subvention a été approuvée, les paiements seront effectués par virement BACS sur un compte bancaire britannique.

Les paiements seront effectués comme d'habitude via la soumission RTI. Les employeurs doivent présenter leur demande en fonction des montants réels de la paie lorsqu'ils soumettent leur paie ou même à l'avance.

Toutes les subventions reçues par les employeurs dans le cadre de ce régime doivent être versées aux employés, aucune taxe ne pouvant être retenue sur ce qui a été accordé.

 

Soutien aux entreprises qui versent des indemnités de maladie à leurs employés

Les PME qui ne sont pas en mesure de payer le COVID à leurs employés malades recevront une subvention de 2 semaines du gouvernement couvrant le SSP (Statutory Sick Pay). Pour être éligibles, les employeurs doivent compter moins de 250 salariés. Les employeurs doivent tenir un registre des absences du personnel et des paiements de SSP, mais les employés n'auront pas besoin de fournir une note d'aptitude du médecin généraliste. Le gouvernement travaillera avec les employeurs au cours des prochains mois afin de mettre en place le mécanisme de remboursement pour les employeurs dès que possible.

Articles connexes

01 décembre, 2023

Budgets d'automne 2023 du Royaume-Uni : qu'est-ce que cela signifie pour les particuliers ?

08 décembre, 2022

Truss vs Sunak : un aperçu des politiques fiscales proposées par les deux candidats

Rechercher quelque chose