Blog WellTax

Budget 2021 : L'allègement fiscal pour la recherche et le développement (R&D) sera axé sur les dépenses du Royaume-Uni - à partir de 2023-2024

28 octobre 2021

Le ministre des finances a déclaré que la Grande-Bretagne se situait au deuxième rang mondial pour les dépenses d'allègement de la R&D, mais que cette mesure n'était pas aussi efficace qu'on le pensait. Selon lui, les entreprises ont déclaré 48 milliards de livres sterling en R&D l'année dernière, mais près de la moitié de ces dépenses n'ont pas été réalisées en Grande-Bretagne, avec seulement 22 milliards de livres sterling d'investissements britanniques. Les critères d'allègement sont également étendus pour couvrir l'informatique en nuage et la R&D sur les données.

Le budget confirme également que le gouvernement augmentera les dépenses de recherche et développement (R&D) à 20 milliards de livres sterling par an d'ici 2024-25, ces dépenses incluant également le financement des programmes de l'UE.

Le gouvernement a l'intention de faire passer les efforts de R&D de 14,8 milliards de livres cette année à 16,1 milliards en 2022-23, puis à 19,4 milliards en 2023-24. Les fonds destinés à la R&D ont pour but d'aider le Royaume-Uni à se spécialiser dans les méthodes de recherche de pointe et de "recentrer le soutien du gouvernement sur l'innovation".

Le chancelier a déclaré que les dépenses du gouvernement en matière de R&D ont atteint 20%. Rishi Sunak a déclaré que, si l'on ajoute à cela les dépenses directes de l'État en matière de R&D et le soutien apporté par les allègements fiscaux, l'aide totale à la R&D en proportion du PIB devrait passer de 0,7% à 1,1% en 2024-25, ce qui est nettement supérieur à la dernière moyenne de l'OCDE, qui est de 0,7%.

Cette annonce est la prochaine étape que franchit le gouvernement pour porter les dépenses de R&D à 22 milliards de livres sterling d'ici à 2026-27 et pour faire passer les investissements en R&D dans l'ensemble de l'économie à 2,4% du PIB d'ici à 2027.

Enfin, l'annonce peut être une nouvelle très positive pour les multinationales qui investissent au Royaume-Uni. Cependant, le message envoyé pourrait décourager la connexion internationale du Royaume-Uni et l'attraction d'investissements du monde entier.

Michele Ammirati

Photo par Jaron Nix sur Unsplash

Articles connexes

22 mai 2024

Expansion des entreprises : Implications fiscales et autres pour les entreprises britanniques souhaitant avoir une présence mondiale.

05 avril, 2024

L'abolition du statut de non-dom : à quoi s'attendre ?

Rechercher quelque chose